Lundi 29 août – Boulevard Saucy

Une AP pour faire état des différents rendez-vous de la rentrée :

NB :

Information sur les marches internationales :http://www.scoop.it/t/the-marches-to-brussels

Autres sites en Belgique :https://www.indignez-vous.be/http://democracyinprocess-bruxelles.blogspot.com/


AGENDA

  • Mercredi 31 août / 20h : projection-débat autour des luttes en Valle de Suse / No-Tav (Italie) à l’Aquilone.

  • Jeudi 1er septembre / 18h30  : préparation de l’accueil et coalitions avec les marches européennes au 45 rue Pierreuse (Maison de Quartier) A CONFIRMER

  • Samedi 3 septembre / 14h30: « groupe de travail » des marches à la maison de la paix (Bruxelles, Ixelles)

  • Samedi 3 septembre / 21h : soir dégagiste et grands matins (22 rue des rameurs, Bruxelles)

    http://www.manifestement.be/soiree3sept2011.pdf

  • Dimanche 4 septembre / 17h : bilans, prospectives et perspectives du mouvement « prends la place », 45 rue Pierreuse (Maison de Quartier) A CONFIRMER

  • lundi 12 septembre : journée d’actions (anti)capitalistes

     

  • 15 octobre : journée internationale d’actions / International Mobilization: #globaldemocracy(http://international.democraciarealya.es)

     

  • Vendredi 16 septembre / 16 h : discussions sur et contre la libéralisation /marchandisation de l’enseignement et pour la défense/construction de lieux pour l’exercice inconditionnel, libre et public de la pensée. Rendez-vous à la Fédé (24 Place du XX Aout)


  • Du 16 au 17 septembre : « park(ing)-day » : réappropriation des espaces urbains et profanations du dieu-fétiche « Automobile » (http://www.dailyfriends.com/sorties/liege/park-ing-day_s3109/)


  • 17 septembre : « Grande journée »


    -  réunion des « comités actions-Europe » http://comitesactioneurope .blogspot.com/2011/07/agenda-des-comites.html

    -  rencontre des marches européennes à Paris (http://paris.reelledemocratie.fr/)

    - « Take the Bankester » (journée internationale pour en finir avec les banques) https://www.indignez-vous.be/espace-membres/events/viewevent/52-17-take-the-banksters-

    -   Marche Stop Nucléaire Now (Thiange) http://nucleaire-stop.blogspot.com/2011/07/toutes-et-tous-tihange-le-17-septembre.html

     

  • 24 septembre : « Tempo-Color » / Village en transition (Boulevard Saucy)


  • 25 septembre : « Pain du monde » et marché-bio et des artisans Boulevard Saucy


  • 6 octobre : marches sur Washington


  • 8 octobre : arrivées des marches à Bruxelles


  • Du 8 au 14 octobre : Agora nomade

 

 

 

Mercredi 27 juillet, Quartier Pierreuse

Compte-rendu de l’assemblée populaire du mercredi 27 juillet 2011.

Points du jour:

1.Définition du mouvement
2.Luttes en Pierreuse
3.Au niveau international
4.Arrestations du 21 juillet
5.Le camp
6.Informations

Introduction :
Tentative de changer le rituel de prise de parole : plus de signes, tels qu’ils étaient utilisés depuis ; seulement lever la main pour prendre la parole. Si un consensus doit être dégagé, utilisation du signe pour l’assentiment.

1. Définition du mouvement
Rappel historique concernant le mouvement. Débute après la crise de 2008, puis à partir de L’Espagne, …
Les assemblées populaires ce n’est pas seulement reprendre un lieu pour parler politique mais aussi un lieu de ‘divertissement’ autre que ce que la société propose.
C’est également la réappropriation de la parole.

2. Luttes en Pierreuse
Pourquoi une AP aujourd’hui en Pierreuse: le mouvement prend appui sur le local.
Témoignages:
Quelqu’un raconte avoir assisté à des assemblées dans le passé où « le public était moins hétéroclite… cette expérience fut difficile, les gens fatiguants… » 
Une autre personne explique avoir lutté pour la fête en Pierreuse: afin que celle-ci reste conviviale et de taille humaine, il a été question de décroissance.
Il y a eu lutte en Pierreuse contre la construction d’un nouveau Palais de Justice, cette lutte a échoué.
Lutte aussi pour garder une prairie qui devait être vendue à Bouygues, cet espace ayant été rendu au public, est maintenant préservé.
3 triangles devaient être démolis pour une autoroute arrivant en plein centre. Le soulèvement d’habitants du quartier a empêché cela.

3. Au niveau international
Quelqu’un témoigne au sujet des assemblées populaires au Cameroun: « là-bas, beaucoup de mouvements populaires naissent de petits faits sociaux (…) Il y a eu des comités d’autodéfense dans les quartiers, des organisations de garde de nuits pour surveiller les habitations. Les rassemblements populaires restent difficiles à cause de la répression, de la dictature… » Question posée par cette personne concernant les risques qu’elle court, étant sans-papiers, en participant au mouvement des indignés.
Réponses de membres de l’assemblée: Le mouvement se définissant, on ne connaît pas encore les dangers potentiels pour les sans-papiers y participant. Une autre personne signale que des SP ont reçu ordre de quitter le territoire suite à une arrestation sur le camp. Il y a plus de risques lors de manifestations, d’actions, ou lors de présence sur le camp lorsque celui-ci « dérange ».
Ensuite, témoignage de quelqu’un ayant participé à des assemblées à Londres. Succès rapide de ces assemblées… 1ère: 20 personnes, 2ème: 500 personnes…
Composées à 90% d’Espagnols. Diversité gauche-droite. Culture de l’obéissance à la police. Fut rencontré le problème de ‘monopole’ par les plus impliqués pour guider le camp.
Le gouvernement a appliqué le ‘Terrorist Act’ pour un petit événement organisé par les indignés.
Cela soulève le problème de ces lois utilisées pour tuer les mouvements sociaux. Lois permettant d’arrêter les gens sans délit et de les garder longtemps.
Le mouvement des indignés doit se pencher sur cette question.

4. Les arrestations du 21 juillet
Rappel des événements.
La vidéo du net commence à prendre un peu d’ampleur médiatique.
Un appel à témoins de l’arrestation est lancé afin de servir pour la plainte déposée.

5. Le camp
Il reste sur le camp 15 – 20 personnes convaincues du mouvement mais en difficulté financière pour assumer les besoins en nourriture.
On fait circuler un pot pour récolter de l’argent.
L’isolement étant aussi un problème, invitation à leur rendre visite au Thiers-à-Liège.

6. Informations
-Erol, en tant que papa d’un enfant belge devrait pouvoir obtenir sa régularisation en pratiquant un test ADN.
-8, 10 et 12 Août à 18h30, groupe de dynamisation des AP (réflexion sur les modalités, les limites, les aménagements structurels pour améliorer l’outil « AP » ; élaboration d’une formule nouvelle – à mettre en débat). Informations : fr_pinte@yahoo.fr
-Le 29 août prochain : Assemblée populaire en Outremeuse, devant l’Aquilone.

Compléments d’infos — Paroles en vrac

En Islande : Une assemblée constituante a pris ses fonctions, remplaçant le système parlementaire : entre autres décisions, celle de refuser de payer la dette illégitime consécutive à la crise ; nationalisation des banques ; principe du referendum pour donner au peuple la possibilité de modifier la nouvelle constitution.

Témoignage d’assemblées populaires qui ont existé il y a quelques années, boulevard Saucy et à l’université ; des ONG et associations y prenant part. Expérience intéressante mais complexe ; difficultés rencontrées : prise de pouvoir, consensus laborieux,… L’alternative est en chemin, la lutte est longue.

Depuis la Tunisie : un vent nouveau qui souffle le message que « les choses sont possibles ; rien n’est immuable ».

Témoignage de Alfred : Au Cameroun, suite à certains faits sociaux graves, les habitants se réunissent pour faire face à l’adversité, trouver des solutions : par exemple, pour parer aux agressions et violences, élaboration de commissions citoyennes d’autodéfense. Les réflexions et avancements politiques, par contre, sont larvaires, étant donné le caractère « sensiblement dictatorial » du pouvoir en place. L’oppression des pouvoirs publics est forte.

Témoignage de quelqu’un qui a œuvré pour que la fête de quartier reste une fête de quartier : victime de son succès, tentative de viser la décroissance du public pour restaurer, vivifier l’interaction des gens du quartier Pierreuse.

Témoignage d’un liégeois à Londres, son point de vue sur le mouvement des indignés là-bas :
La grande majorité des participants et du leadership est espagnole, hispanophone.
Critique de la culture de l’obéissance : pas de résistance vis-à-vis des policiers et du pouvoir public ; au nom d’un certain pacifisme : aucune opposition n’a été proposée.
Certains meneurs ont clairement pris le pouvoir, décidant des réactions à prendre, du modus operandi.
Absence de débat autour de la question de la non-violence et de la violence.
Les militants se prennent trop au sérieux.
Manipulation médiatique
Arrestation policière arbitraire

Proposition faite : création d’une commission, d’un groupe de travail autour de la question de l’antiterrorisme et des mesures prises par l’état, qui bafouent la liberté d’expression et l’initiative citoyenne. Se renseigner sur un collectif qui a vu le jour il y a 30 ans, contre les bavures policières.

Témoignage concernant les arrestations du 21 juillet :
Citoyens arrêtés à la descente du train, gare centrale à Bruxelles, par des policiers en civils – police judicaire.
Arrêtés pour trouble de l’ordre public, alors qu’aucune action n’avait été menée dans ce sens. Selon ces militants, plusieurs droits ont été bafoués.

Suite à cet incident, réflexion sur l’identité des groupes en action : faut-il revendiquer ou désobéir civilement sous une autre appellation que celle du Mouvement ? Réflexion sur la post-médiatisation : diffuser le plus largement l’information pour sensibiliser l’opinion publique (vidéo, interview par la RTBF, articles de presse, production de plaintes sur réseaux sociaux, pétitions, recherches de témoignages…)

Pour Erol : Monsieur Uyar campe toujours Place du Marché, est toujours en grève de la faim pour sa régularisation. Conseil donné : faire un test ADN pouvant justifier un lien de parenté avec sa fille, pouvant entraîner une accélération de la procédure de régularisation. Il semblerait que ce test coûte cher et que son avocat ait, par le passé, choisi de ne pas relayer cette demande.

Témoignage des luttes en Pierreuse :
Face à l’implantation de l’extension du Palais de Justice, les gens du quartier ont justifié leur opposition en plaidant pour leur bien-être (luminosité, …) ; malheureusement cet argument ne concernant qu’un minimum de personnes à l’échelle de la ville, le projet est passé.
« Quand un dossier arrive sur la table du communal, il et déjà trop tard » ; il faut œuvrer bien avant cela pour espérer contrer les projets qui rencontrent d’emblée une franche opposition dans un quartier.
Le projet « autoroute » a été contré par la détermination des gens ; le coup de grâce étant que certains échevins ont pris fait et cause pour le quartier.
« Je me rappelle avoir dépavé avec d’autres, la rue pierreuse, une nuit, pour signifier le ras le bol des voitures qui y passaient à grande vitesse. »

Proposition de créer une assemblée populaire des associations (programmable à la rentrée scolaire 2011). Que les travailleurs sociaux, les opérateurs culturels, se retrouvent aussi pour parler, échanger, chercher ensemble les alternatives, susciter des coalisions nouvelles.

Témoignage sur le mouvement « Prends la place », des indignés de Liège :
C’est génial et très touchant de sentir cette ambiance en assemblée populaire et sur le camp :
« Les choses sont possibles parce qu’on a décidé qu’elles sont possibles »
D’entendre des paroles comme : « ma vie a changé, elle prend sens au sein du mouvement ! »
Dommage d’avoir fermé la porte aux associations et institutions, dans les premiers communiqués.
Parfois les gens en état d’ébriété, les désespérés ont « chassé » par leur débordements une frange de la population. Ils ont pris trop de place, trop d’énergie, et des gens se sont lassés. Il faudrait pouvoir accorder une place aussi à cette « frange-là ».
« A Saint-Lambert, je trouvais le mouvement assez bien structuré ; j’ai plusieurs fois tenté de dissuader mes interlocuteurs, qui jugeaient le mouvement trop peu sécurisant, malsain. »
« Je suis interpellé par l’attitude de la police à Bruxelles, le 21 ! »

Proposition de rédiger une lettre pour interroger les associations sur des coalitions plus grandes, plus fortes, qu’il serait possible de mettre en place, entre elles et avec le Mouvement. Une association, n’est-ce pas justement le fait de « s’associer » ?

Témoignage d’une militance :
Face au centre fermé de Vottem, notre énergie à se déplacer là-bas pour rentrer en contact avec les « détenus », tous les week-ends, de façon métronomique et rigoureuse, sans relâche depuis 12 ans, a lassé les autorités, les policiers : c’est sur le long terme, dans un investissement contrôlé, pondéré, qu’on peut arriver à quelque chose.
Mot d’ordre : patience, régularité, ténacité.

Barricade est tenu entre le global et le local : de la marche mondiale des femmes, à l’assistance aux victimes de drames. Ce que vous faites rappelle une certaine époque. Certaines assemblées se faisaient autour de textes, de livres,…

Idée pour le camp des indignés : Une cagnotte circulant à chaque assemblée populaire. Pour la « récup’ » alimentaire : se renseigner auprès des Groupes d’achat collectif à Liège (Pierreuse, Beaumur, Aquilone,…). Programmer 3 jours de construction pour aménager le camp ; essayer d’avoir un maximum de gens et de matériel : faire de la publicité, promouvoir l’évènement bien à l’avance. Faire un petit tract attractif, avec plan d’accès et N°de téléphone du camp, les dates pour la construction, et le distribuer à Liège, dans les bars, les restaurants, en faisant la manche, …

Interrogations cruciales sur les règles nouvelles à instaurer. Constatations de prise de pouvoir, d’abus : et que faire ? Et pour prendre des décisions en assemblée, comment concilier le fait que les gens ne sont pas toujours présents ? S’il y a 6 personnes qui participent à une assemblée, est-ce qu’elle peuvent prendre des décisions au nom du mouvement ? Que faire si les mandats, les décisions consensuelles sont « transgressés » ? …

Mardi 26 juillet, Saint-Léonard

Compte-rendu de l’assemblée populaire du mardi 26 juillet 2011.

Points du jour:
1. Informations suite à l’entrevue avec Monsieur Minet
2. Informations concernant les dossiers de régularisation
3. Critique et remise sur les rails du Mouvement
4. Gestion de la caisse

Introduction :
Un militant, pour ne pas le nommer, a outrepassé une décision d’assemblée en se rendant sans mandat auprès du cabinet du bourgmestre ; il a réclamé une assemblée populaire pour « aplanir » ce « différent ». L’assemblée populaire du 26 juillet a été troublée par le départ anticipé de ce même militant ; certaines questions demeurent sans réponse.

1. À la sortie de la maison communale :

  • - Concernant l’obtention d’un bâtiment public, le bourgmestre donne son accord de principe mais la décision doit passer par le conseil communal (15 août), un refus est possible.
  • - Concernant la demande d’aide logistique pour le camp des indignés, monsieur Minet a demandé un délai de quelques jours pour pouvoir y répondre (vendredi 29 juillet).
  • - Concernant le dossier d’Erol : il semblerait que le dossier, en l’état, n’ait pas assez de chance d’aboutir auprès de l’office des étrangers. En cas de refus, il se pourrait qu’un ordre de quitter le territoire soit produit ; pour cette raison, monsieur Minet a jugé bon de ne pas relayer la demande auprès de l’office des étrangers.
  • - Concernant l’obtention pour certains sans-papiers de contrats de travail délivrés par la ville, même délai pour une réponse, en passant par le conseil communal (15 août).
  • - Une interlocutrice de la cellule sociale du cabinet a été nommée pour relayer nos exigences : Nadia Pirlot

Complément d’informations :
Pour Erol : demander un recourt suite au refus n’apporterait pas suffisamment de chance de faire avancer la régularisation.
Une militante a RDV avec l’avocat d’Erol mardi 2 août à 16h30.
Un dossier comporte différents volets qui ont leur importance : volet médical, dossier familial, témoignages, ancrage, recherche en jurisprudence.

2. Dossiers de régularisation :
Yassine conserve la majeur partie des dossiers de régularisation (29 ou 27 ?), il informe le Mouvement que c’est à la demande des sans-papiers concernés qu’il les garde en sa possession : d’après lui, ces derniers ne veulent pas que quelqu’un d’autre s’en occupe. Il transmet néanmoins deux dossiers : François les conserve en attendant que les deux intéressés se manifestent (via le camp).

3. Questionnement, long débat :
Est-ce que le mouvement des indignés va s’occuper de toutes les causes individuelles ?
Pour les sans-papiers par exemple, le mouvement doit-il répondre aux demandes en « gérant » leurs dossiers ? Allons-nous constituer des listes ?
Ne devrions-nous pas relayer ces causes aux organismes compétents ? Fournir une première écoute, un soutien humain, donner de la visibilité, sans s’engager à gérer et aider concrètement « tous ces cas » ?
Qu’est-ce qu’une commission ? Une commission « sans-papiers » par exemple, pourrait-elle être constituée ? Quel serait son champ d’actions ? Une seule personne peut-elle à elle seule représenter une commission au sein du mouvement ?
… ETC…

4. Gestion de la caisse :
Yassine étant parti avant l’abord de ce sujet : aucune réponse officielle n’a pu être apportée : un flou de plus…
Si l’on repart de zéro : des mesures, des règles devraient être instaurées : livret de caisse, comptes à rendre régulièrement,…

Communiqué – 21 juillet 2011

Ce 21 juillet, 16 personnes faisant partie ou soupçonnées de faire partie du mouvement des Indignés (mouvement de réappropriation de l’espace public et de reprise d’une parole politique confisquée), ont été arrêtées administrativement.

Quatre Indignés liégeois qui ont rejoint Bruxelles en train ont été suivis par la Police dès la gare de Liège-Palais. Arrivés à la gare centrale, ils ont à peine eu le temps d’en sortir que la Police les a arrêtés pour « trouble de l’ordre public »… Quel était-il, alors que ces personnes descendaient juste du train?

Quant à l’arrestation des Indignés namurois, les raisons étaient aussi floues : « présence de tracts », ou « t-shirt ». De quel délit s’agit-il? Nous remarquons dès lors que cette arrestation était non motivée et portait également atteinte aux droits fondamentaux de libre expression.

Le déroulement des arrestations a été on ne peut plus chaotique : refus de donner un médicament (présent dans le sac de la personne), pas de délivrance de PV, insultes racistes, mises à nu pour fouilles corporelles (pour certains hommes et certaines femmes) et prises de photos (ce qui n’est pas autorisé dans le cadre d’une arrestation administrative), etc.

Suite à ces arrestations abusives, nous ne pouvons réagir que vivement face à ces abus de pouvoir et ces dérives policières ne respectant ni les droits constitutionnels, ni les « Droits de l’Homme ».

Il en a été de même lors des manifestations d’Indignés les 19, 22 et 23 juin 2011 à Bruxelles : arrestations pour trouble de l’ordre public ciblées sur 42 personnes soupçonnées, parfois à tort, de faire partie du mouvement des Indignés.

Par ces pratiques, la Police se place délibérément au-dessus de la Loi.

Il ne s’agit pas d’un cas isolé ou d’une simple bavure mais d’une intention délibérée : cette répression s’inscrit dans le cadre de la criminalisation de l’action politique et du rétrécissement du champ de la liberté d’expression.

Ces dérives graves, inhérentes à nos démocraties, ont été à plusieurs reprises dénoncées par la Ligue des Droits de l’Homme, des ONG comme Greenpeace et Amnesty International, ainsi que par de nombreux parlementaires européens et syndicalistes. On se rappellera entre autre des « moyens particuliers d’enquête » appliqués à quatre altermondialistes liégeois via le nouvel arsenal anti-terroriste (2001), l’affaire « Bahar Kymiongür » (accusé en 2006 de terrorisme pour avoir seulement défendu les droits de prisonniers kurdes en Turquie), les arrestations préventives effectuées à l’occasion du camp « No Border » à Bruxelles en 2010, le procès des inculpés du Comité d’Action et de Soutien aux Sans-Papiers de l’ULB poursuivis pour « délit de solidarité » (en 2010), …

Ces affaires montrent un glissement insidieux vers une société au sein de laquelle toute tentative concrète d’action politique en-dehors des structures instituées de la démocratie parlementaire est réprimée. Dans quel état de droit sommes-nous lorsque de simples citoyens sont interdits d’exercer leur libre droit de rassemblement et de liberté d’expression?

Mercredi 20 juillet, Place du Marché — compte-rendu

Compte-rendu de l’assemblée populaire du mercredi 20 juillet 2011.

Points du jour:

1.La grève de la faim de Erol, depuis 21 ans en Belgique et toujours sans-papiers : information sur la négociation avec le suppléant du Bourgmestre pour l’accélération de la procédure de régularisation.
2.Le camp au Thiers-à-Liège : points positifs, points négatifs, besoins.
3.Fête nationale demain à Bruxelles: propositions d’actions.
4.Propositions pour la visibilité du mouvement.
5.Informations diverses.

1. Erol et rencontre avec les autorités communales

Pour la 1ère fois, on sent une forme d’ouverture et non plus des reproches continuels de la part des autorités.
Mr Minet a dit qu’il allait contacter Melchior Wathelet.
On peut aussi adresser personnelement des mails à Mr Wathelet, ainsi qu’à Joëlle Milquet.

Propositions :

  • Pétition
  • Le CRACPE propose de faire appel à son réseau de connaissances

(En ce qui concerne la demande d’un batiment pour les sans domiciles : cela va prendre du temps.)

2. Le camp au Thiers-à-Liège : points positifs, points négatifs, besoins.

Cela fait maintenant 6 jours qu’une quinzaine de personnes du camp des indignés de Liège se sont installés sur un terrain du Thiers-à-Liège.

- Points positifs : eau, électricité, nature et tranquillité. Selon les habitants du camp, bonne ‘base’ pour les indignés.
- Point négatif : isolement (loin du centre)
- Besoins : de bras car plus beaucoup de monde, de quelqu’un qui transmet les nouvelles, les informations, d’un véhicule.

Propositions

  • 2 personnes se sont proposées via internet. Une avec une voiture pour le Vendredi après-midi et l’autre avec une camionnette pour le dimanche après -midi (et avant 15h).
    (À confirmer.)
  • Fixer une heure de RDV pour les visiteurs et les aidants sur le camp.

Pour une prise de contact, l’idéal serait vers 17 heures car il y a plus de monde.
Sinon, pour venir donner un coup de main, à n’importe quelle heure (il y a toujours quelqu’un au camp).

3. Fête nationale demain à Bruxelles : propositions d’actions.

Proposition de manifestations des indignés à cette occasion (comme l’ont fait les indignés francais pour le 14 juillet)

12h30: Rdv place Polaert, à Bruxelles.

Propositions d’actions :

  • Clown Army lors de la parade militaire qui débute à 16h
  • Parlement ouvert au public, y proclamer des textes
  • Action devant le Conseil européen ou se trouveront des ministres européens et de la Grèce

4. Propositions pour la visibilité du mouvement.

  • Vitrines, d’association ou autres, où seraient affichées les informations.
  • Aubette en ‘dur’ construite dans l’espace public. (inclus l’ idée de réappropriation de celui-ci)
  • Stand avec une tonnelle (ponctuellement).
  • Secrétatariat permanent dans un local (à moyen terme)

5. Informations diverses.

  • L’assemblée populaire du mercredi 27 juillet en Pierreuse aura lieu à 20h.
  • AVAAZ : organisation citoyenne qui organise des pétitions en ligne.
  • Aujourd’hui, triste anniversaire des 10ans de la mort de Carlo Giuliani, tué d’une balle en pleine tête par un carabinieri lors des manifestations contre le sommet du G8 à Gênes. Le carabinieri fut innocenté…

Soutien à Erol en grève de la faim

En soutien à Erol Uyar, réfugié politique en Belgique depuis plus de 21 ans sans que sa demande de régularisation n’ait abouti et actuellement en grève de la faim depuis plus de 30 jours (ayant planté sa tente devant l’hôtel de Ville à Liège).

Le mouvement «Prends la place», partie prenante du mouvement des indignés, et solidaire avec la situation de tous les sans-papiers, a eu l’occasion de rencontrer à plusieurs reprises le Bourgmestre Mr Demeyer ainsi que son adjoint, Monsieur Minet. Ce dernier nous a assuré, ce mardi 19 juillet, qu’il allait contacter Monsieur Wathelet, Secrétaire d’État à la Politique de Migration et d’Asile, afin d’accélérer la régularisation de Monsieur Uyar qui ne peut plus attendre longtemps au vu de son état de santé s’aggravant chaque jour un peu plus.

Le cas de Monsieur Uyar, vivant dans notre pays depuis 21 ans et devant arriver à de telles extrémités afin que son dossier soit enfin pris en compte, est plus que préoccupant et ne donne pas confiance quant à la politique belge en la matière.

Vous pouvez signer la pétition en ligne (à diffuser largement) :

http://10197.lapetition.be/

ou passer voir Erol place du Marché et signer la pétition papier.